Menu.

La géométrie paléolithique

DE LA FORME AU CONCEPT

L'ABSTRACTION

Au Paléolithique, si l'on sait compter le nombre de cotés d'un rectangle - les graphies des cavernes, en partie décryptées, témoignent de cette capacité , l'on ne mesure pas encore la longueur de ces cotés. L'esprit est encore dans la répétition, la reconnaissance des formes de la nature. Il n'a pas encore trouvé le chemin de la définition, du concept mathématique.

1 — Du comptage à la mesure

À un moment précis, l'homme qui compte sur ses doigts ouvre sa main pour mesurer l'empan, la distance qui sépare physiquement deux de ses doigts. Cette étape essentielle de l'évolution se produit à la charnière du Paléolithique et du Néolithique, quand la notion primitive de milieu se complexifie et aboutit à celle de graduation, donc d'unité (le zéro viendra beaucoup plus tard). Le lexique des formes (cercle, triangle, rectangle etc), s'accompagne de valeurs entières de mesure. Si le calcul tel que nous l'entendons avec ses nombres et ses équations n'est pas encore là, l'homme nuance peu à peu son approche de la quantité.

2 — Les signes des cavernes

Genevieve von Petzinger, étudiante de l'archéologue canadienne April Nowell, a compilé les signes relevés sur les murs de 146 sites préhistoriques français, correspondant à une période de – 35.000 à – 10.000 ans. Elle a mis en évidence 26 signes communs aux différents sites, constituant un véritable lexique...

Les signes pariétaux répertoriés par Geneviève von Petzinger Les signes pariétaux répertoriés par Geneviève von Petzinger
Lien : Archives - Art Pariétal - Fondation Bradshaw

Les travaux de Genevieve von Petzinger démontrent un haut degré d'organisation de l'expression humaine dès le Paléolithique supérieur. Les signes usent de la géométrie pour se construire et se transmettre, et sa part augmente au fil du temps, comme pour préparer l'écriture. Un parallèle doit être établi avec les dessins, peintures et sculptures qui accompagnent ces signes. Cette autre forme d'écriture ne cessera de partager l'espace avec les signes, échangeant leurs acquis pendant des millénaires. Pour autant, les structures explicites du langage ne sont pas encore là...

3 — La Vénus de Lespugue
       Symbolique et Esthétique


Étude symbolique
La Vénus de Lespugue ici exposée sera bientôt l'objet d'une étude symbolique complète. Pour l'instant, nous cherchons l'origine de cette géométrie dans le but de mieux comprendre des oeuvres beaucoup plus récentes (Kells, Rublev, Dürer, pour ne citer qu'eux). Il est à noter que les trames paléolithiques se sont révélées après celles du Moyen-Âge. Sans les leçons des grands Maîtres de l'Art Sacré, il parait difficile d'aborder l'origine de cette Culture.

Questions philosophiques
En marge de l'Histoire, bien des questions se manifestent au simple constat de cette structure. Il est difficile de supposer aucun plan géométrique formel de la part d'un sculpteur 21 000 ans avant notre ère. Il est tout aussi improbable que des mesures puissent s'accorder en si grand nombre par le simple fait du hasard. D'aucun diront que ce schéma est en l'homme, en son code génétique même. Cette approche est évidemment séduisante. Cependant, peut-être devons-nous la nuancer. Cette capacité est-elle entièrement dans ce qui engendre la rupture entre l'homme et le singe ? Certes, si les singes sont capables d'émotions, ils n'expriment pas leur sens du sacré à travers des oeuvres. Leur "mémoire" n'atteint pas le statut de la nôtre qui "commémore" et "pense au-delà"... Il y a bien "rupture" entre les deux courants de l'évolution.

La révélation
Aucun concept n'arrive à séparer l'avènement de l'Art, donc de la Culture, et celui du Sacré. L'idée même de l'esthétique prend ici un sens très précis, et l'argument de la révélation trouve naturellement sa place aux débats qui s'annoncent...

Les cultures primitives
Une idée se dessine au fil de cette étude, quant au résultat du sériel, de la multiplication des mêmes objets d'art par des générations successives. Cette Vénus atteint un haut niveau d'organisation par la structure de sa composition. Comme nous l'avons évoqué, il paraît improbable que des artistes aient travaillé sur les plans d'une géométrie spéculative pour aboutir à ce résultat, même s'il nous étonne ! Le collectif, dans l'espace de la tribu, comme dans le temps des héritages, a manifestement approché un modèle qui tient de l'absolu géométrique. Ce type de réflexion pourrait intéresser les spécialistes de l'Art Africain Traditionnel (qui fut aussi appelé « Art Nègre »), et Lucien Stephan1 a depuis longtemps initié cette voie, d'une esthétique qui fonde son "intelligence" sur le collectif. Parallèlement, le Mathématicien Ron Eglash approche l'architecture traditionnelle africaine avec la théorie des fractals2. L'idée des fractals s'accorde avec celles de série, de tendance vers une limite 'idéale", et de sculpture (où l'on retire ses copeaux de plus en plus fins au bloc initial).

Réf. 1 — « La sculpture africaine, essai d’esthétique comparée », in « L’art africain », Paris, 1988-2008, Editions Citadelles et Mazenod. Auteurs : Jacques Kerchache, expert en arts premiers - Jean-Louis Paudrat, historien d'art - Lucien Stéphan, esthéticien et philosophe - Germain Viatte, conservateur de musée. Code ISBN : 978 2 85 088 441 2

Réf. 2 — La conférence de Ron Eglash sur ted.com, le site des "idées à partager"

La Vénus de Lespugue — Composition — Introduction

Étude de la Géométrie Sacrée - La Vénus de Lespugue - Paléolithique supérieur



Nous allons aborder la Géométrie de Composition Paléolithique. Il est improbable que les auteurs de cet Art aient pu dessiner le plan de leurs oeuvres, et pourtant leur modèle respecte une sorte d'idéal de la composition avec une grande précision.






Pour comprendre les raisons de ce résultat, il nous faut mettre de coté tout individualisme et imaginer le rôle et la signification du collectif à cette époque. L'intelligence de ces formes ne tenait pas dans une seule tête, ou sur un plan de géométrie, mais elle était la somme de tous les intervenants dans le temps (tradition) et dans l'espace (tribu ou ethnie). Avant de penser par lui-même, l'Homme a pensé par ce collectif. Nous allons en constater les résultats.

© Yvo Jacquier - Tous droits réservés.