Menu.

Géométrie Sacrée Égyptienne

LE TRIANGLE D'ISIS

Intuitions

La recherche emprunte parfois des chemins paradoxaux. Christophe de Cène a présenté un schéma qui ne marchait pas pour les mégalithes qu'il étudiait, grâce à quoi Yvo Jacquier a pu résoudre le problème que lui posait l'Art Égyptien. En retour, sans rien connaître à l'Astrologie le peintre posé une question à son ami dont c'est la grande compétence. Néanmoins, il en soupçonnais fortement la réponse : Louxor ! La magie, la vraie est celle qui apporte des solutions.

Le Triangle Sacré aurait pu naître de la Géométrie des Mégalithes. L'Art de leur Composition ne porte pas le nombre d'or.

Christophe de Cène voyait le quadrillage apparaître au cours des migrations mégalithiques. À ce point de leurs recherches communes, quadrillage et mesure constituaient une seule et même étape de l'évolution. Lors, sur un champ de plus de neuf cents kilomètres carrés, faisant littéralement face à la fenêtre du bureau de Monsieur de Cène, il a retrouvé toute la logique de l'astrologie ! En revanche, de quadrillage que nenni ! Au Mégalithique, on se met à mesurer, mais on s'intéresse avant tout à l'horloge des astres, aux angles et aux significations symboliques. Le Triangle Sacré se cache encore pour un temps. Seai-ce une question de latitude ?

La galice mégalithique

En Galice, étape importante du Mégalithisme, l'angle que forme avec l'est le lever du soleil à son solstice d'été est proche d'une médiatrice du triangle sacré. Les médiatrices portent le centre physique du triangle, son barycentre. Cela sied parfaitement à des dresseurs de pierres... Mais jamais ce triangle ne dépasse le stade de l'intention secrète, telle que l'expose ce visuel idéal. Les géomètres n'ont pas pensé à doubler la hauteur du rectangle de 2 parce qu'ils ne travaillaient que les angles et les proportions, tout simplement. Et à la lecture des éléments sur le terrain, les grandes pierres, le triangle ne prend pas résolument de forme concrète. On note l'idée d'un rectangle aux proportions 3 sur 2, avec sa diagonale, rien de plus. Le triangle, comme le quadrillage qui semble s'y associer de façon possessive, ne se matérialisent pas. Le Soleil se lève trop tôt en Europe.

Le Soleil de Louxor



À Louxor, le solstice du Soleil correspond à la ligne géométrique qui porte le nombre d'or du Triangle Sacré. La Géométrie Sacrée est née en Égypte.

Louxor, la bonne latitude

À Louxor, par contre, les esprits fonctionnent de façon tout à fait différente, avant tout parce qu'ils disposent d'éléments particuliers sur le terrain de l'observation.

Observatoire primitif

Un Schéma est proposé sur une autre page, qui explique les méthodes primitives d'observation.
Pour en savoir plus

La bissectrice dorée

L'angle que forme la ligne des solstices avec celle des équinoxes est précisément celui que fait la bissectrice dorée du triangle sacré avec les cotés qu'elle sépare ! Cette bissectrice est la diagonale exacte d'un double carré (matérialisée ici en bleu).

La Civilisation de Nagada

La Culture de Nagada a fondé la personalité de l'Égypte. Ci-contre : Statuette d’homme barbu, époque prédynastique, Nagada 1er, amratien Gébelein(Haute- Egypte) 3800 à 3500 av. J.-C., pierre (brèche claire)

La Culture de Nagada

(ou Naqada - Trois époques, de -3800 à #-3150) Ceci n'est qu'une hypothèse, qui s'appuie sur des coïncidences troublantes et inspirantes. En revanche, il faudra/faudrait bien des découvertes pour lui donner un crédit archéologique. la civilisation de Nagada naît en Haute-Égypte, près de Louxor. Elle est représentée par de nombreuses nécropoles, et hérite du Badarien dont elle se distingue par la céramique. Rapidement, des remparts de brique crue protègent les premières cités de la vallée du Nil (El Kab, Hiérakonpolis, Éléphantine, Abydos)...


Le Badarien

Le berceau du Badarien est situé plus au nord. Il est difficile de construire le schéma qu'offre le solstice du Soleil dans la région de Louxor (le trait n'est pas le bon). Ensuite, le Badrarien est dispersé, son habitat est précaire, en dépit de la grande qualité de son artisanat et de sa pratique agricole. L'Astronomie réclame une sédentarité, des observatoires fixes où l'on repère les angles de visée avec des pierres, au terme de nombreuses années (le prix à payer pour s'offrir les étoiles). Ce type de moyens ne colle pas avec le profil de cette civilisation. Enfin, le développement de la Géométrie accompagne celui de l'Architecture alors qu'elle s'urbanise : ce sera le cas avec Nagada. La volonté de construire s'adresse également à la réalité sociale - avec l'émergence d'une élite, et l'on sent cette volonté.


La question du Sphinx

Le Sphinx de Gizeh, témoin de l'ascension de la Civilisation Égyptienne. Le colosse qui garde les pyramides de Gizeh date d'une époque bien antérieure à leur construction.

Cette représentation pourrait avoir vécu l'ascension de la Civilisation Égyptienne, et il pourrait livrer des clés, par exemple ethniques, aux Archéologues.

La "naissance pratique" du Triangle Sacré

Hypothèse séduisante

Le Triangle Sacré pourrait être né de l'observation du Soleil dans la région de Louxor. Voici comment, de façon pratique, auraient pu raisonner les Géomètres Égyptiens en composant la figure qui servira de base à leur géométrie.

La ligne géométrique du nombre d'or définit un angle qui restitue la composition du Triangle Sacré. Les Égyptiens ont trouvé cette clé.

En pratique

La première démarche des Égyptiens n'est vraisemblablement pas d'imaginer des carreaux de quadrillage. Ils font ce qu'ils savent faire : ils mesurent les angles, particulièrement celui qu'ils viennent de repérer avec les solstices (angle de 26,565° pour être précis), et ceci sur un observatoire fixe et bien solide, matérialisé par des pierres. Ils dupliquent alors cet angle, et prennent conscience qu'un triangle se forme avec l'horizontale Est-Ouest et la verticale Nord-Sud. Un triangle rectangle aux propriétés solaires, aux proportions 3, 4 et 5. Le Triangle Sacré naît ainsi de l'observation attentive du Soleil qui confie aux hommes son secret... Ce Triangle Sacré porte le nombre d'or, divine proportion, sur cette ligne.

La "très curieuse coïncidence" du solstice de Louxor avec la bissectrice dorée du Triangle Sacré se
                            produit dans la Civilisation de Nagada. Précision des observations
La "très curieuse coïncidence" du solstice de Louxor avec la bissectrice dorée du Triangle Sacré réclame une page spéciale.

Mandala Égyptien

La composition du Triangle Sacré, utilisé en Peinture et en Architecture dans l'Histoire de l'Art, a une origine égyptienne.
                            La Géométrie Sacrée naît des pyramides.
Les Égyptiens construisent leur civilisation à partir de ce schéma. C'est la révélation sacrée qu'apporte le Soleil à leurs yeux. Ces deux triangles associés (E-W) parlant du jour et de la nuit sont la base de toutes les réflexions mystiques, religieuses, artistiques et architecturales.

Le Symbole du Soleil

La figure ci-contre montre un cercle qui restera pour toujours celui du Soleil dans la Symbolique, à cheval sur une droite qui marque son solstice (la bissectrice dorée). La configuration des triangles, de façon symétrique, reviendra également, au cours de la construction de la Géométrie Sacrée. [Rublev pourrait être l'architecte de cette figure particulière, conclusion du travail de l'école de Novgorod dont est issu son maître Théophane.]

Les Pyramides

À l'apogée de leur maîtrise (-2500 AEC), les architectes égyptiens construisent des Pyramides qui cherchent cet angle 'absolu'. Mais les limites terrestres ne permettent pas toujours d'accrocher ce rayon du Soleil. Les architectes doivent rabattre les pentes de leurs édifices, notamment sous la quatrième dynastie (2605 à -2505 AEC), alors que les fondations cèdent (pyramides rhomboïdales). Les évidements que permettent les salles et les couloirs intérieurs ne représentent pas assez d'économie en termes de poids (la pierre qui les encadre est plus dense) ...

Le phénomène d'Apothème

La pente des pyramides cherche celle du Triangle Sacré, selon la Géométrie de Composition des Égyptiens
Cette ultime tentative d'atteindre l'idéal de l'hypoténuse se produit à Gizeh (notamment pour Khéops) : l'apothème*. Les faces possèdent un léger creusement au centre, bien visible en lumière rasante. La ligne qui sépare les faces de la pyramide en leur milieu forme un angle plus accentué que le plan global de ces faces, et sa pente s'approche curieusement de l'hypoténuse d'un Triangle Sacré...

(*) Des hypothèses farfelues envisagent l'érosion ou encore l'affaissement des fondations pour expliquer ce phénomène. A-t-on jamais vu un dommage se produire avec tant de régularité ?

Quadrillage et Triangle Sacré

Questions d'Histoire

Les artistes ont-ils démontré le rayon 1 du cercle inscrit de ce triangle ? À quel moment les Égyptiens ont-ils repéré la proportion dorée du Triangle Sacré, qu'ils utilisent dans leur art ?

Composition Géométrique de la peinture égyptienne Osiris et Ay. La Géométrie Sacrée et son Triangle Sacré définissent cet Art.

Autre question : les personnages sont-ils représentés de profil pour mieux s'accorder aux lignes de la composition ?

Fresque « Osiris et Ay »
(Reconstitution)
Tombe KV 62 ≈ 1 350 av J-C
(TOUT-ANKH-AMON)
Chambre sépulcrale, Mur nord

À propos de Ay
Nom De Trône : Kheper-kheperu-re
"éternelles sont les manifestations des Re"
Épouses : Tiy II, Ankhesenamon
Enfant supposé : Nefertiti
Tombe : Thèbes, vallée des singes, tombeau WV 23

Le soleil confia aux Égyptiens les secrets de la proportion dorée, et cette lumière leur parut divine.

© Yvo Jacquier - Tous droits réservés.